Mali – Almou Ag Mohamed : «L’Etat tarde à se redéployer dans l’Azawad»

Dans les lignes qui suivent, Almou Ag Mohamed explique le bien-fondé des mesures que la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad), avait voulu instaurer dans la ville de Kidal. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas tendre avec l’Etat qui tarde à assurer sa présence à Kidal. Continuer à lire … « Mali – Almou Ag Mohamed : «L’Etat tarde à se redéployer dans l’Azawad» »

Mali / Ménaka – En un mot : Enquêtes urgentes (Opinion)

2019/06/02 – La tension est vive dans la région de Ménaka après la mort brutale du maire d’Anderaboukane, Hamad Ahmed. Et depuis l’annonce de son décès, l’émotion est grande au sein de la communauté Idaksahak.

Au regard des conditions de sa mort, sa communauté “demande aux services habilités que des enquêtes urgentes soient diligentées pour identifier les auteurs de cet acte afin que la loi leur soit appliquée dans toute sa rigueur et couper court à toute spéculation, intoxication ou désinformation”.

Dans un communiqué, le ministre de la Défense et des Anciens combattants a expliqué les circonstances qui ont conduit au drame. Suivant le communiqué, le véhicule à bord duquel était le maire a été alerté de loin par les éléments des FAMa au niveau du check-point.  Mais, précise-t-il, le chauffeur a continué à foncer sur les éléments. C’est ainsi que les miliaires ont ouvert le feu.

Face au tollé qu’a suscité cette tuerie, le ministère de la Défense et des Anciens  combattants a annoncé qu’une enquête a été ouverte pour élucider cette situation. Est-ce suffisant pour apaiser la tension ? Le député de Ménaka, Bajan Ag Hamatou estime que “les militaires maliens devraient associer vigilance et sérénité pour identifier les vrais ennemis”.

DAK / L’Indicateur du Renouveau

Sahel-Elite – Image d’illustration: Dramane Aliou Koné, Directeur de publication de l’Indicateur du Renouveau

Mali / GATIA : Communiqué du Groupe d’Autodéfense Touareg Imghads et Alliés (06/02/2019)

Le mercredi 06 février 2019 aux environs de 13h est survenu un regrettable incident entre des éléments frères de la Plateforme .
Cet incident a occasionné des morts et blessés tous membres de la plateforme.
En cette circonstance malheureuse tous les responsables du GATIA présentent leur condoléances les plus attristées aux familles des disparus et souhaitent prompt guérison aux blessés.
Nous sommes profondément choqués par ce regrettable incident malheureux auquel personne ne s’ attendait , nous demandons aux uns et aux autres de rester calmes et sereins .
Le Groupe d’Autodéfense Touareg Imghads et Alliés informe l’opinion nationale et internationale qu’il s’est déjà engagé dans un processus de règlement pacifique diligent de la situation .

Gao le 06 février 2019

Amara Ag Hamdouna

Mali / Gao: le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga en visite dans la cité des Askia pour évaluer la situation sécuritaire et soutenir la cohésion sociale

2018/02/12 – Le Premier ministre, Chef du Gouvernement est arrivé ce dimanche matin à Gao, accompagné des ministres en charge de l’Administration Territoriale et de la Sécurité M. Mohamed Ag Erlaf et le Général de Division Salif Traore. Continuer à lire … « Mali / Gao: le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga en visite dans la cité des Askia pour évaluer la situation sécuritaire et soutenir la cohésion sociale »

Mali – Communiqué du Comité Directeur de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) #MINUSMA

La CMA découvre avec surprise sur les réseaux sociaux, une correspondance adressée à Monsieur Elghabass AG INTALLA Président en exercice de la CMA – désigné ici comme Secrétaire Général de la CMA – émise par le Commander Force de la Minusma, dans laquelle il lui fait reproches de la violation manifeste du consensus qui avait prévalu en 2017 pour l’intégration des combattants des GANS dans le bataillon MOC de GAO !Partant du principe de la réciprocité, la CMA se réserve le droit de réponse dans les mêmes normes de procédures sciemment appliquées tout en se défendant de toute controverse improductive.

1. Faut-il rappeler au Commander Force de la MINUSMA et à toutes autres parties prenantes pour la mise en œuvre de l’accord la nécessité de bien vouloir distinguer entre les principes consensuels retenus d’une part ; et les impératifs de leurs d’applications d’autres parts.

2. La CMA reste strictement attaché à l’Accord pour la Paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, se réfère à ses annexes et mécanismes, au Pacte de Paix et en particulier à la note explicative tenant lieu d’instructions aux équipes chargées du screnning des bataillons MOC de Gao, Tombouctou et Kidal qui fait référence dans son paragraphe 2 à « l’inclusivité en fonction des réalités locales ».

3. La CMA refuse d’endosser la responsabilité de faits accomplis alors que le principe et le cadre du partage consensuel de responsabilité est justement mis en place au sein des collèges et structures multipartites pour éviter toutes décisions unilatérales. Nos représentants au sein de la CTS bénéficient de toute notre confiance en concertation et sauront être à hauteur de responsabilités qui nous engagent.

4. La CMA ne saurait cautionner les errements d’une ou des parties quant aux prises de décisions contraignantes et palliatives, porteuses en leur sein de germes de dissensions quelles que soient la partie ou les parties qui les ont émises ;

5. Elle s’obstine à dénoncer les sempiternelles accusations de « violations manifestes du consensus» devenues une sorte d’exercice de pression lorsqu’elle ne demande qu’une application rigoureuse des principes et/ou procédures arrêtés initialement d’un commun accord.

6. La CMA n’a eu cesse de se battre pour la prise en charge des combattants issus de différents mouvements en attendant leur intégration ou démobilisation sans aucun résultat malgré la précarité de leurs situations respectives. Il est presque facétieux que la Minusma en fasse cas uniquement cette fois-ci.

7. Enfin, elle réitère son attachement à la primauté et aux préséances de la concertation constructive au détriment de celui de la polémique stérile et de rejet de responsabilité.

Fait à Kidal le 2 Décembre 2018

Le Porte-Parole
Eouari Ibrahim AG EOUEGH

Image: Lettre du Général de corps d’armée Dennis Gyllensporre, Commandant en Force de la MINUSMA

Mali – Enrôlement à Kidal : Les ex-combattants maîtres du jeu

2018/01/12 – La paix est l’objectif recherché par le Mali et tous les acteurs du processus. A Kidal, rapporte l’une de nos sources, l’enrôlement des combattants se poursuivrait jusqu’à la date officielle du 30 Novembre 2018.

Les chefs des détachements des groupes armés signataires (GAS) n’approuveraient pas les contres-visites et exigeraient l’annulation de toute formation physique ou autre pour leurs combattants

Par ailleurs, il est à signaler que les armes enregistrées auraient été retournées aux différents propriétaires après 48 heures seulement. La raison, explique notre source, c’est le prétexte qu’ils assurent la sécurité de l’Assemblee régionale.

Figaro du Mali

Sahel-Elite

Mali – Trois questions à Riccardo Maia, chef de bureau de la Minusma à Tombouctou “Parler d’échec est injuste’’

2018/15/11 – C’est l’opération de maintien de la paix la plus meurtrière de l’histoire. Installée en juin 2013, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a déjà perdu près de 200 personnes. L’application des dispositions de l’accord de paix signé en 2015 entre le gouvernement malien et les groupes rebelles du Nord marque un grand retard. Pendant ce temps, l’insécurité, longtemps contenue à la seule partie septentrionale du pays, se répand au centre. Chef de bureau de la Minusma à Tombouctou, Riccardo Maia dresse le bilan de cinq ans de présence des Casques bleus onusiens au Mali. Continuer à lire … « Mali – Trois questions à Riccardo Maia, chef de bureau de la Minusma à Tombouctou “Parler d’échec est injuste’’ »