Mali – Accord de paix et révision constitutionnelle : Les mouvements signataires en phase avec les propositions

2019/03/08 – Pour permettre à la future loi fondamentale de prendre en compte les dispositions prévues dans l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale au Mali, les mouvements signataires, la CMA et la Plateforme s’organisent, en interne, pour être une force de propositions pendant cette révision constitutionnelle. Continuer à lire … « Mali – Accord de paix et révision constitutionnelle : Les mouvements signataires en phase avec les propositions »

Mali – Almou Ag Mohamed : «L’Etat tarde à se redéployer dans l’Azawad»

Dans les lignes qui suivent, Almou Ag Mohamed explique le bien-fondé des mesures que la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad), avait voulu instaurer dans la ville de Kidal. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est pas tendre avec l’Etat qui tarde à assurer sa présence à Kidal. Continuer à lire … « Mali – Almou Ag Mohamed : «L’Etat tarde à se redéployer dans l’Azawad» »

Mali – La CMA, la Plateforme et d’autres mouvements mettent en place un comité de pilotage pour mener des opérations précises

2019/03/01 – Une délégation de la Plateforme et de la CMA (Coordination des mouvements de l’Azawad) a été reçue lundi 31 décembre 2018 par Lassine Bouaré, ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation.

A l’issue de la rencontre, Bilal Ag Cherif, président de la CMA et Me Harouna Toureh, porte-parole de la Plateforme, ont déclaré être venus rendre compte au ministre de la teneur de leur rencontre avec certains mouvements intéressés par la mise en œuvre de l’Accord de paix. Ils ont aussi dit au ministre qu’ils avaient convenu ensemble de mettre en place un comité de pilotage sur des opérations bien précises, bien ciblées en rapport avec la réconciliation, l’unité nationale et la sécurité.

Concrètement, ce comité, dans sa capacité de synergie de rassembler tous les mouvements, toutes les populations, a pour but d’apporter plus de réconciliation, de créer le cadre de la renaissance de l’unité nationale et de prendre ensemble des mesures nécessaires pour stabiliser le nord. «Il s’agit aussi d’apporter plus de sécurité aux populations qui sont en attente de vivre en paix dans le nord du Mali», a conclu Me Toureh.

Youssouf DOUMBIA – L’Essor

Sahel-Elite Photo utilisée juste à titre d’illustration: © aBamako par A S  

Mali – Communiqué du Comité Directeur de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) #MINUSMA

La CMA découvre avec surprise sur les réseaux sociaux, une correspondance adressée à Monsieur Elghabass AG INTALLA Président en exercice de la CMA – désigné ici comme Secrétaire Général de la CMA – émise par le Commander Force de la Minusma, dans laquelle il lui fait reproches de la violation manifeste du consensus qui avait prévalu en 2017 pour l’intégration des combattants des GANS dans le bataillon MOC de GAO !Partant du principe de la réciprocité, la CMA se réserve le droit de réponse dans les mêmes normes de procédures sciemment appliquées tout en se défendant de toute controverse improductive.

1. Faut-il rappeler au Commander Force de la MINUSMA et à toutes autres parties prenantes pour la mise en œuvre de l’accord la nécessité de bien vouloir distinguer entre les principes consensuels retenus d’une part ; et les impératifs de leurs d’applications d’autres parts.

2. La CMA reste strictement attaché à l’Accord pour la Paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, se réfère à ses annexes et mécanismes, au Pacte de Paix et en particulier à la note explicative tenant lieu d’instructions aux équipes chargées du screnning des bataillons MOC de Gao, Tombouctou et Kidal qui fait référence dans son paragraphe 2 à « l’inclusivité en fonction des réalités locales ».

3. La CMA refuse d’endosser la responsabilité de faits accomplis alors que le principe et le cadre du partage consensuel de responsabilité est justement mis en place au sein des collèges et structures multipartites pour éviter toutes décisions unilatérales. Nos représentants au sein de la CTS bénéficient de toute notre confiance en concertation et sauront être à hauteur de responsabilités qui nous engagent.

4. La CMA ne saurait cautionner les errements d’une ou des parties quant aux prises de décisions contraignantes et palliatives, porteuses en leur sein de germes de dissensions quelles que soient la partie ou les parties qui les ont émises ;

5. Elle s’obstine à dénoncer les sempiternelles accusations de « violations manifestes du consensus» devenues une sorte d’exercice de pression lorsqu’elle ne demande qu’une application rigoureuse des principes et/ou procédures arrêtés initialement d’un commun accord.

6. La CMA n’a eu cesse de se battre pour la prise en charge des combattants issus de différents mouvements en attendant leur intégration ou démobilisation sans aucun résultat malgré la précarité de leurs situations respectives. Il est presque facétieux que la Minusma en fasse cas uniquement cette fois-ci.

7. Enfin, elle réitère son attachement à la primauté et aux préséances de la concertation constructive au détriment de celui de la polémique stérile et de rejet de responsabilité.

Fait à Kidal le 2 Décembre 2018

Le Porte-Parole
Eouari Ibrahim AG EOUEGH

Image: Lettre du Général de corps d’armée Dennis Gyllensporre, Commandant en Force de la MINUSMA

Mali / DDR : Ce qu’il faut savoir

Le DDR a commencé à Kidal et à Gao la semaine dernière, il sera poursuivi ce lundi 12 novembre à Tombouctou

  1. I) Dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la réconciliation issu du Processus d’Alger, il a été mis en place un mécanisme opérationnel de coordination (MOC) composé de représentants des trois parties signataires (Gouvernement, CMA et Plateforme)-APR-ANNEXE 2/b. II est basé à Gao et dispose de bureaux régionaux à Gao, Kidal et Tombouctou. Ce niveau du mécanisme n’est pas concerné par les opérations de DDR/intégration accélérés.

Continuer à lire … « Mali / DDR : Ce qu’il faut savoir »

Mali/DDR: Plus de 28 milliards de FCFA pour la réinsertion des groupes armés

2018/08/11 – Dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger, le lancement officiel de Désarmement, Démobilisation et réinsertion (DDR) des groupes armés a eu lieu, le mardi 06 novembre 2018 à Gao. Dans un premier temps, 1600 combattants affiliés à la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), à la Plateforme et aux autres mouvements seront ciblés au cours de ce processus. S’agissant du cas spécifique de l’insertion socio-économique des groupes armés, une cagnotte de 50 millions de dollars (28 500 000 000 FCFA) est réservée pour cela. L’information a été donnée le mardi dernier par les responsables de DDR à Gao lors de l’explication du processus à la presse. Continuer à lire … « Mali/DDR: Plus de 28 milliards de FCFA pour la réinsertion des groupes armés »

Mali: début du processus de désarmement et démobilisation… sans les combattants

2018/07/11 – Les autorités maliennes ont lancé mardi à Gao, principale ville du nord du pays, le processus de « Désarmement, Démobilisation et Réinsertion » (DDR), en l’absence toutefois des combattants des groupes armés signataires de l’accord de paix de 2015. Continuer à lire … « Mali: début du processus de désarmement et démobilisation… sans les combattants »