Burkina/G5 Sahel – Communiqué final 5eme session ordinaire de la conférence des chefs d’état (05/02/2019)

Ouagadougou, le 5 février 2019
Continuer à lire … « Burkina/G5 Sahel – Communiqué final 5eme session ordinaire de la conférence des chefs d’état (05/02/2019) »

Burkina : suspension des déploiements de militaires dans les opérations de soutien à la paix (chef d’état-major général des armées)

2019/06/02 – « Dans le cadre du renforcement de la défense opérationnelle du territoire national et pour assurer une plus grande disponibilité du personnel, les déploiements des officiers des forces armées nationales en qualité d’observateurs militaires et officiers d’état-major au sein des différentes Opérations de Soutien à la Paix (OSP) sont suspendues jusqu’à nouvel ordre », a indiqué le chef d’état-major général des armées, le général de brigade Moïse Miningou dans une note datée du 4 février 2019 dont radio Oméga a obtenu copie. Continuer à lire … « Burkina : suspension des déploiements de militaires dans les opérations de soutien à la paix (chef d’état-major général des armées) »

China in bid to extend Africa trade success into military sphere

2019/03/02 – China’s controversial investment initiatives in Africa have overshadowed its military presence on the continent. And that aspect of Chinese involvement is sizeable and expanding, according to a US Defence Department think-tank.

Several little-noted deployments of Chinese forces in Africa have followed the adoption of a law in 2015 permitting the People’s Liberation Army (PLA) to operate in other countries. Continuer à lire … « China in bid to extend Africa trade success into military sphere »

Mali – Communiqué du Comité Directeur de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) #MINUSMA

La CMA découvre avec surprise sur les réseaux sociaux, une correspondance adressée à Monsieur Elghabass AG INTALLA Président en exercice de la CMA – désigné ici comme Secrétaire Général de la CMA – émise par le Commander Force de la Minusma, dans laquelle il lui fait reproches de la violation manifeste du consensus qui avait prévalu en 2017 pour l’intégration des combattants des GANS dans le bataillon MOC de GAO !Partant du principe de la réciprocité, la CMA se réserve le droit de réponse dans les mêmes normes de procédures sciemment appliquées tout en se défendant de toute controverse improductive.

1. Faut-il rappeler au Commander Force de la MINUSMA et à toutes autres parties prenantes pour la mise en œuvre de l’accord la nécessité de bien vouloir distinguer entre les principes consensuels retenus d’une part ; et les impératifs de leurs d’applications d’autres parts.

2. La CMA reste strictement attaché à l’Accord pour la Paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, se réfère à ses annexes et mécanismes, au Pacte de Paix et en particulier à la note explicative tenant lieu d’instructions aux équipes chargées du screnning des bataillons MOC de Gao, Tombouctou et Kidal qui fait référence dans son paragraphe 2 à « l’inclusivité en fonction des réalités locales ».

3. La CMA refuse d’endosser la responsabilité de faits accomplis alors que le principe et le cadre du partage consensuel de responsabilité est justement mis en place au sein des collèges et structures multipartites pour éviter toutes décisions unilatérales. Nos représentants au sein de la CTS bénéficient de toute notre confiance en concertation et sauront être à hauteur de responsabilités qui nous engagent.

4. La CMA ne saurait cautionner les errements d’une ou des parties quant aux prises de décisions contraignantes et palliatives, porteuses en leur sein de germes de dissensions quelles que soient la partie ou les parties qui les ont émises ;

5. Elle s’obstine à dénoncer les sempiternelles accusations de « violations manifestes du consensus» devenues une sorte d’exercice de pression lorsqu’elle ne demande qu’une application rigoureuse des principes et/ou procédures arrêtés initialement d’un commun accord.

6. La CMA n’a eu cesse de se battre pour la prise en charge des combattants issus de différents mouvements en attendant leur intégration ou démobilisation sans aucun résultat malgré la précarité de leurs situations respectives. Il est presque facétieux que la Minusma en fasse cas uniquement cette fois-ci.

7. Enfin, elle réitère son attachement à la primauté et aux préséances de la concertation constructive au détriment de celui de la polémique stérile et de rejet de responsabilité.

Fait à Kidal le 2 Décembre 2018

Le Porte-Parole
Eouari Ibrahim AG EOUEGH

Image: Lettre du Général de corps d’armée Dennis Gyllensporre, Commandant en Force de la MINUSMA

Mali – Trois questions à Riccardo Maia, chef de bureau de la Minusma à Tombouctou “Parler d’échec est injuste’’

2018/15/11 – C’est l’opération de maintien de la paix la plus meurtrière de l’histoire. Installée en juin 2013, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a déjà perdu près de 200 personnes. L’application des dispositions de l’accord de paix signé en 2015 entre le gouvernement malien et les groupes rebelles du Nord marque un grand retard. Pendant ce temps, l’insécurité, longtemps contenue à la seule partie septentrionale du pays, se répand au centre. Chef de bureau de la Minusma à Tombouctou, Riccardo Maia dresse le bilan de cinq ans de présence des Casques bleus onusiens au Mali. Continuer à lire … « Mali – Trois questions à Riccardo Maia, chef de bureau de la Minusma à Tombouctou “Parler d’échec est injuste’’ »

Mali / Opinion: German troops in Mali – time for plain talk

German Defense Minister Ursula von der Leyen has called for greater commitment from the Malian government to ensure peace. So far so good, but that’s not enough, says Daniel Pelz. Continuer à lire … « Mali / Opinion: German troops in Mali – time for plain talk »

Mali / DDR : Ce qu’il faut savoir

Le DDR a commencé à Kidal et à Gao la semaine dernière, il sera poursuivi ce lundi 12 novembre à Tombouctou

  1. I) Dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la réconciliation issu du Processus d’Alger, il a été mis en place un mécanisme opérationnel de coordination (MOC) composé de représentants des trois parties signataires (Gouvernement, CMA et Plateforme)-APR-ANNEXE 2/b. II est basé à Gao et dispose de bureaux régionaux à Gao, Kidal et Tombouctou. Ce niveau du mécanisme n’est pas concerné par les opérations de DDR/intégration accélérés.

Continuer à lire … « Mali / DDR : Ce qu’il faut savoir »