Niger/France – La sécurité et l’économie au centre de l’entretien entre le Premier ministre et l’ambassadeur de France

08/10/2019 – Le Premier Ministre Brigi Rafini a reçu en ce mardi 08 octobre 2019 à son cabinet l’Ambassadeur de France au Niger M. Alexandre Garcia.
A sa sortie d’audience, le diplomate a déclaré à la presse  avoir  échangé avec le chef du gouvernement sur plusieurs sujets d’intérêt commun.
‘J’ai recueilli l’avis et les commentaires du Premier Ministre sur la situation régionale en matière de sécurité, notamment, nous avons échangé sur le partenariat pour la stabilité et la sécurité au Sahel qui est une initiative qu’avaient présentée la France et l’Allemagne ainsi que le Président du Burkina Faso lors du Sommet du G7 de Biarritz et nous avons étudié ensemble des moyens de renforcer l’appui à la fois de la France mais aussi de la Communauté Internationale en matière de sécurité au sens large, sécurité intérieure mais aussi de défense, en matière pénale au Niger dans le cadre de cette lutte contre le terrorisme dans lequel le pays est engagé’ a fait savoir Alexandre Garcia.
 »Nous avons également parlé avec le Premier Ministre de la situation des entreprises françaises qui sont présentes depuis longtemps au Niger nous avons fait un point sur ces relations économiques qui sont très importantes entre le Niger et la France et puis évoqué d’une manière générale des pistes de la coopération franco nigérienne et des façons de l’améliorer dans les années à venir’’ a-t-il indiqué.
‘Ce sont des échanges que nous avons régulièrement eu avec le Premier Ministre et c’est toujours pour nous une source importante d’enrichissement pour l’Ambassade de France et les autorités Françaises ’a conclu le diplomate français.
Le Niger et la France entretiennent des relations de coopération dans plusieurs domaines.
APN
Sahel-Elite

Bénin/Niger – Visite de travail du Chef de l’Etat au Niger: La coopération bilatérale, l’UEMOA et la CEDEAO au cœur des échanges #sécurité

08/10/2019 – De retour du Sénégal où il a séjourné les 2 et 3 octobre 2019 dans le cadre de la réunion du Comité de haut niveau sur le financement des actions de sécurité et de lutte contre le terrorisme dans l’espace Uemoa, le Président de la République, Patrice Talon s’est rendu au Niger le vendredi 4 octobre 2019. Au cours de cette visite, il s’est entretenu, au Palais de la Présidence, avec son homologue nigérien, le Président Mahamadou Issoufou, Président en exercice de la Cedeao sur des questions bilatérales et régionales. Continuer à lire … « Bénin/Niger – Visite de travail du Chef de l’Etat au Niger: La coopération bilatérale, l’UEMOA et la CEDEAO au cœur des échanges #sécurité »

Russie/Niger – Coopération : L’axe Niamey-Moscou se redynamise

La réouverture de la représentation diplomatique du Niger à Moscou et celle de la Russie à Niamey interviendra courant premier semestre de l’année prochaine.

01/10/2019 – C’est l’une des principales conclusions de la visite de travail et d’amitié effectuée récemment à Moscou par le ministre Nigérien des Affaires étrangères, de la Coopération et des Nigériens de l’extérieur, Kalla Hankouraou. A travers cette visite, le Niger et la Russie entendent renforcer leur coopération dans les domaines politique, économique et humanitaire entre autres. Continuer à lire … « Russie/Niger – Coopération : L’axe Niamey-Moscou se redynamise »

Mali – Propos de Harouna Toureh à Gao, à son retour de Kidal

23/09/2019 – Harouna Toureh: A Kidal, nous avons été accueillis à l’aéroport par Algabass, Bilal et Ould Sidati.

Nos éléments du Gatia à Kidal, véritable fief de ce mouvement, qui ont perdu beaucoup de proches, comme Haballa Ag Hamzata que vous voyez, qui a perdu des membres de sa famille et de son clan, pas le Gatia du Gourma ou d’ailleurs, pas ces gens dont vous entendez parler. C’est donc avec ces éléments du Gatia de Kidal que nous avons rencontré et discuté avec la CMA.

Nous avons vu à Kidal des choses que nous n’avons vues nulle part ailleurs , où on ne vole ni un vélo, ni un mouton. Kidal a une prison, bien que tout le monde dit que Kidal ne fait pas partie du Mali. La prison compte 49 détenus qui sont jugés par qui ? Par les cadis, qui jugent, condamnent et appliquent leur verdict.

Il n’y a pas longtemps, 50 personnes ont été libérées de prison à la veille de la fête d’achoura graciées,certaines après un an de détention, d’autres six mois, et d’autres encore un ou deux ans.

Kidal est entièrement sous leur autorité, dans la paix et la quiétude, bien que les gens disent que Kidal ne fait plus partie du Mali.

Quant à Gao, vous savez ce qui s’y passe mieux que moi, vous y êtes plus présents que moi.

Nous nous sommes dit que l’Accord ayant été signé depuis 2015 sans apporter aucun bienfait; la mise en place des autorités intérimaires n’a pas résolu les problèmes que vous connaissez; les promesses faites par des Blancs n’ont pas été tenues, dont la paix et la libre circulation des personnes; le développement tarde encore à venir ; l’Accord que nous avons signé avec la CMA sur lequel était fondé l’espoir ne s’applique pas. Et nous sommes abandonnés au profit de gens à Bamako dont les seules doléances sont satisfaites. Or, à Gao, Ménaka, Taoudénit, Tombouctou et Kidal, même deux pour cent des promesses n’ont pas été tenues.

Nous nous étions affrontés, causant des morts; mais nous avons compris que ceux qui nous incitaient au conflit à l’époque sont les mêmes qui aujourd’hui cherchent à nous opposer les uns aux autres.

C’est comme à Mopti où des gens se déguisent en Peuls pour tuer des Dogons et provoquer des affrontements, et des gens se déguisent en Dogons pour tuer des Peuls afin d’entretenir le conflit.

Vous savez ce qui s’est passé à Gao, Bourem, Tombouctou, qui a failli provoquer une guerre interethnique, mais cela a été empêché. Nous saluons pour cela les membres du Cadre de concertation et les leaders religieux.

Nous sommes avec nos Tamacheq et nos Arabes, nous nous sommes entendus, nous faisons face à l’Etat, et nous sommes seuls à pouvoir le faire. Nous avons dit à l’Etat qu’il est satanique, que c’est lui qui crée le conflit entre les gens.

Nous nous sommes entendus avec la CMA pour mettre ensemble nos moyens et nos idées afin de nous inspirer de ce qu’ils ont fait pour ramener la paix chez eux. Quand je dis la CMA, vous comprenez ce que je veux dire.

Il n’est pas concevable que les 14 000 hommes que les Blancs nous ont envoyés ne puissent empêcher le vol des animaux, des vélos, les meurtres ici à Gao.

Soyez prêts; on avance. Nous allons nous lever, sans peur. La paix que vous cherchez, nous la cherchonxs ensemble. Nous nous levons pour dire à l’Etat, face à face, que nous sommes résolus à changer les choses. Nous n’acceptons plus d’être traités comme des Maliens de seconde zone.

C’est de ça que nous avons souffert à Bamako, nous les cadres du Nord. C’est moi avec Sambel, Malik Alhousseyni, Ousmane Issoufi, qui avons mis dans l’accord la représentation des Nordistes dans les institutions comme la Cour constitutionnelle où nous n’avons personne alors que c’est elle qui valide l’élection présidentielle, on est peu nombreux dans l’armée, entre autres.

C’est ainsi que nous avons demandé un Sénat constitué par des notables et des leaders communautaires. A Alger nous avons aussi réclamé que le Mali institue un poste de vice-président occupé par un Nordiste, où le pouvoir est exercé par rotation entre le Nord et le Sud. Cette révendication, nous l’avons réitérée hier lors de notre rencontre avec la CMA, à Kidal.

Discours de Harouna Toureh traduit et transcrit le 19 septembre 2019.

 

Malijet

Sahel-Elite | Image utilisée juste à titre d’illustration: Harouna Touré, porte-parole de la Plateforme

Mali – Le président malien n’exclut pas une révision de certaines dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale

23/09/2019 – Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta n’a pas exclu une révision de certaines dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale (APR) signé en mai et juin 2015 entre l’Etat du Mali et les mouvements armés du nord du pays.Dans son message à la nation, diffusé à l’occasion du 59e anniversaire de l’indépendance du Mali célébré ce dimanche, il a justifié cette révision par « les obstacles sur lesquels bute la mise en œuvre de l’accord ». Continuer à lire … « Mali – Le président malien n’exclut pas une révision de certaines dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale »

Govt raises alarm over major security threat, opposition collaboration with Boko Haram

23/09/2019 – Zamfara State Government has announced that it was in possession of credible intelligence reports suggesting that some disgruntled politicians of the state origin are making clandestine moves to destabilize the state. Continuer à lire … « Govt raises alarm over major security threat, opposition collaboration with Boko Haram »

Irlande / Niger – Un émissaire du gouvernent irlandais au cabinet du Premier Ministre

19/09/2019 – Le premier ministre Brigi Rafini a reçu à son cabinet dans l’après-midi de ce mardi 17 septembre l’ambassadeur, envoyé spécial du gouvernement d’Irlande M. Kenneth Thompson.
A l’issue de l’audience, le diplomate irlandais a indiqué que le Niger et l’Irlande dirigèreront ensemble au Conseil de Sécurité des Nations Unies comme membres non permanents et « nous croyons que nous allons utiliser cette occasion pour approfondir nos relations avec le Niger parce qu’en réalité nous sommes très éloignés ; Irlande n’a pas pour d’histoire dans Afrique francophone de l’ouest »,a -t-il poursuivi. Continuer à lire … « Irlande / Niger – Un émissaire du gouvernent irlandais au cabinet du Premier Ministre »