Burkina Faso : « risque d’effondrement » du nord menacé par les jhadistes (OPPOSITION)

02/04/2020 – L’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), le principal parti d’opposition au Burkina Faso, a alerté jeudi sur un « risque d’effondrement » du nord du pays menacé par des groupes jihadistes. « La région du Sahel, épicentre de la crise sécuritaire et humanitaire, est en train de s’effondrer sans que le gouvernement n’y apporte une solution », a déclaré le vice-président de l’UPC, Amadou Diemdioda Dicko, lors d’une conférence de presse.

« Depuis un mois, Djibo (chef-lieu de la province du Soum, à 200 km au nord de Ouagadougou), ville-martyr, est coupée du reste du pays. Tout commence à manquer : denrées alimentaires, produits pharmaceutiques, eau, gaz, carburant, etc. Les rares produits disponibles sont vendus à des prix exorbitants », a-t-il affirmé. « La province du Soum vit des heures sombres. Les tueries sont quasi-quotidiennes ». « L’administration est absente de la province et la population est prise en tenaille entre les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les mouvements terroristes. Les groupes terroristes rackettent les populations, leur imposent des impôts et pillent leur bétail », a-t-il ajouté. (La région de) « Djibo enregistre environ 150.000 déplacés internes, et Arbinda compte plus de 60.000 déplacés. Sur les neuf communes que compte la province du Soum, sept se sont vidées de leurs populations et sont sous occupation terroriste », a-t-il poursuivi. « Ces deux communes (Djibo et Arbinda) vivotent sous verrou : pas d’entrée, pas de sortie », a soutenu le maire d’Oursi, « , Mohamed Ag Wananour, une commune rurale située dans la province voisine de l’Oudalan. Le nord du Burkina Faso est la zone la plus touchée du pays par les exactions jihadistes qui ont fait plus de 800 morts et 860.000 déplacés depuis cinq ans.L’organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW) a accusé lundi les forces de sécurité burkinabè d’être elles-aussi responsables d’exactions dans la région, notamment à Djibo. Mercredi, le porte-parole du gouvernement Remis Dandjinou a assuré qu’un convoi avait ravitaillé Djibo, sous escorte militaire. Sous-équipées et mal entraînées, les forces de l’ordre du Burkina, pays pauvre d’Afrique de l’ouest, n’arrivent pas à enrayer la spirale de violences jihadistes, malgré l’aide de forces étrangères, notamment de la France, présente dans le Sahel avec 5.100 hommes dans le cadre de l’opération antijihadiste Barkhane. Les violences jihadistes, mêlées à des conflits intercommunautaires, qui touchent l’ensemble du Sahel, ont fait au total 4.000 morts au Mali, au Niger et au Burkina Faso en 2019, selon l’ONU.

AFP

Sahel-Elite (Bamako-Mali) | Image utilisée juste à titre d’illustration (autre presse) : Roch Kaboré, président burkinabè

 

Auteur : Sahel-Elite | Sécurité privée

Société de sécurité privée créée et basée à Bamako (Mali). Nous travaillons en partenariat avec la société privée américaine Captive Audience dans les domaines sécuritaire, renseignement, formation et autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s