Algérie / Sécurité – Réunion du Caert: de nombreux défis sécuritaires restent à relever pour l’Afrique

2018/21/12 – Le Haut commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Smaïl Chergui, a affirmé mardi à Alger qu’en dépit des victoires enregistrées en matière de lutte anti-terroriste dans certaines régions d’Afrique, les défis sécuritaires à relever restent « nombreux » notamment avec la détérioration sécuritaire en Libye.

« Bien que l’effort commun pour venir à bout des menaces du terrorisme et de l’extrémisme violent en Afrique, les organisations terroristes et extrémistes continuent de faire l’ombre à la résilience et à l’adaptation aux mesures prises par nos Etats membres », a regretté M. Chergui.

Les responsable de l’UA s’exprimait dans une allocution à l’ouverture de la 12eme réunion des Points focaux du centre africain d’études et de recherche sur le terrorisme (Caert), autour du thème la « Promotion de l’équilibre entre la lutte contre le terrorisme et les droits de l’Homme en Afrique ».

Le diplomate algérien a souligné, à cette occasion, l’importance des échanges et délibérations engagés à la faveur de cette réunion entre experts issus de tous les Etats membres de l’UA, mettant en garde contre la menace terroriste et l’instabilité sécuritaire qui persistent dans la région du Sahel, notamment avec le retour de terroristes dans certains pays comme le Burkina Faso, malgré la présence des forces des Nations unies dans le nord du Mali.

« En dépit des succès remportés par la force multifonctionnelle en Somalie, les défis restent encore énorme aujourd’hui au Sahel et en Corne de l’Afrique à l’est de la RDCongo mais aussi dans le Lac Tchad où cette menace trouve encore une plus grande complexité avec le retour des groupes terroristes et criminels qui +renforcent leurs moyens financier et technique+ », a averti M. Chergui.

En effet, selon M. Chergui, plusieurs pays africains concernés par ce fléau, ne jouissent pas d’un soutien militaire logistique ou financier, malgré l’accord de Bruxelles signé d’il y a deux années portant sur l’octroi d’une aide de 414 millions d’euros en faveur des pays du Sahel, alors que seul 17 millions de dollars ont été débloqués.

« Il ne faut pas oublier que les capacités financières des Etats membres sont souvent limitées et ne parviennent pas à répondre aux attentes des citoyens dans les délais attendus. Cette situation est susceptible d’entrainer une désillusion voire du désespoir et de la frustration créant ainsi un environnement favorable à la propagation du message terroriste », a fait observer M. Chergui.

Evoquant la situation en Libye, il a indiqué que l’instabilité politique dans ce pays voisin demeure la plus grande préoccupation de l’Algérie, pour la préservation de la sécurité et la stabilité régionale, aspirant à un rôle conjoint entre l’UA et les Nations unies afin de réunir les parties libyennes autour d’une table ronde, et préparer les élections en Libye.

Respect des droits de l’Homme dans les actions de lutte anti-terroriste

Mettant en valeur le thème abordé lors de cette 12eme réunion des Points focaux, autour du respect  des droits de l’Homme, M. Chergui a estimé qu’il est particulièrement « judicieux », car il reconnait à juste titre « le caractère fondamental des droits de l’Homme dans la lutte contre le terrorisme et le fait que les réformes doivent nécessairement se conformer à l’Etat de droit ».

« L’impératif du respect des droits de l’Homme doit prévaloir lors de toute réponse à ces défis. En effet le respect des droits fondamentaux des personnes et des communautés demeurent le facteur déterminant de la justice et de la bonne gouvernance dans le système international actuel et cela s’applique à toute action et initiative entreprise pour prévenir et combattre le terrorisme et l’extrémisme violent », a-t-il souligné. 

Il a, à cette occasion, annoncé la mise en place par l’UA et les Nations unies d’un groupe d’experts conjoints qui permet de travailler sur toutes les questions mais surtout de viser la mise en place des plus hauts standards en matière de respect des droits de l’Homme dans toutes les opérations de l’armée.

« Il nous appartient d’abord de nous adresser aux griefs qui sapent la confiance entre le gouvernement et les citoyens qui deviennent souvent des causes profondes ou des facteurs de causalité exploités par les terroristes pour justifier leur action à recourir à l’extrémisme violent et au  terrorisme », a plaidé M. Chergui.

Les travaux de la 12ème réunion des Points focaux du Centre africain d’Etudes et de recherche sur le terrorisme (Caert), qui ont débuté mardi à Alger se poursuivront à huis clos en présence des représentants des Communautés économiques régionales et des Mécanismes régionaux de lutte contre le terrorisme sur le Continent africain.

 

APS /Sahel-Elite

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s