Un an et demi après la fin de l’ONUCI, la Côte d’Ivoire va présider le Conseil de sécurité

2018/01/12 – Un an et demi après la fin de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), le pays africain, qui est membre non permanent du Conseil de sécurité depuis le début de l’année 2018, va exercer en décembre la présidence tournante de cet organe.Dans un entretien accordé à ONU Info, le représentant permanent de la Côte d’Ivoire auprès des Nations Unies, Léon Kacou Adom, a souligné l’honneur pour son pays, « après 26 ans de non présence au Conseil de sécurité, d’y être aujourd’hui et d’en assurer la présidence au mois de décembre ». « Cela paraît comme un rêve, un rêve devenu réalité », a ajouté l’ambassadeur.

La Côte d’Ivoire a été par trois fois membre non permanent de cet organe : 1964-1965, 1990-1991 et 2018-2019.

M. Adom a indiqué que les priorités de la Côte d’Ivoire pendant sa présidence sont « essentiellement celles du Conseil de sécurité, à savoir le maintien de la paix et de la sécurité internationales ». Il a précisé qu’il y aura notamment un débat organisé le 5 décembre et présidé par le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara sous le thème « La reconstruction post-crise : paix, sécurité et stabilité ».

« Ce que nous voulons pour nous-mêmes en Côte d’Ivoire, nous le voulons pour le monde entier », a ajouté M. Adom, notant qu’on voit aujourd’hui « partout des points rouges qui clignotent » dans le monde.

La Côte d’Ivoire a été plongée dans une instabilité politique et militaire de 1999 à 2011. La fin du mandat de l’ONUCI le 30 juin 2017, après 13 ans de présence dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, a été saluée comme un succès du maintien de la paix de l’ONU.

Le secrétaire général adjoint des Nations Unies en charge des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, s’est félicité récemment du fait que « les pays qui avaient besoin du soutien des casques bleus pour passer d’une situation de conflit à la paix jouent aujourd’hui un rôle important dans le maintien de la stabilité internationale, y compris la Côte d’Ivoire, en fournissant des soldats et des policiers à nos missions ».

S’agissant de la réforme du Conseil de sécurité, Léon Kacou Adom a souligné que la Côte d’Ivoire allait s’efforcer pendant sa présidence en décembre de faire avancer cette question.

« Nous comptons le faire, mais pas tout seul, avec l’aide des autres pays », a-t-il dit. « La réforme de l’ONU s’impose à nous aujourd’hui ».

Xinhua / Sahel-Elite Photo: ONU/Loey Felipe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s