Burkina Faso – Un mouvement plaide pour le retour de Blaise Compaoré dans «un climat apaisé»

2018/08/11 – Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré (MPRBC) a animé (vendredi 26 octobre 2018) à Ouagadougou, une conférence de presse, pour demander le retour de l’ex-président burkinabè dans «un climat apaisé». Suite aux manifestations populaires contre sa gestion du pouvoir fin octobre 2014, M. Compaoré qui a dirigé le pays des «Hommes intègres» pendant 27 ans (15 octobre 1987 au 31 octobre 2014), s’est  exilé à Abidjan en Côte d’Ivoire, après sa démission.

La situation nationale devient «de plus en plus inquiétante, de par l’instabilité politico-économique, sécuritaire et sociale depuis 2015 au Burkina Faso», a estimé le coordonnateur du MPRBC, Mamadou Abdel Kader Traoré, qui a noté qu’en effet, «depuis le départ du président Blaise Compaoré, le Burkina Faso souffre d’un immobilisme criard dans tous les domaines».

Alors, «sans réaction conséquente de la part du gouvernement», le MPRBC «a décidé de donner de la voix pour, non seulement revendiquer la réconciliation nationale entre les fils et filles du pays, le retour du pardon et de la paix, mais également pour dévoiler la nécessité du retour de Blaise Compaoré dans un climat apaisé», a indiqué M. Traoré.

Mamadou Abdel Kader Traoré, coordonnateur du MPRBC

Le Burkina Faso connaît une «division au sein de sa classe politique émanant d’un esprit de vengeance ou de chasse aux sorcières sans but, depuis les évènements de 2015», selon le responsable du MPRBC. Il a souligné à ce titre «l’exclusion du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir) à la présidentielle de 2015 ainsi que des arrestations arbitraires du côté des membres de l’ancien régime».

«Dans ce contexte où la gestion des autorités est décriée par les populations», le MPRBC pense que le Burkina «a réellement besoin d’union, de pardon et de réconciliation sans quoi, c’est le K.O. assuré», a poursuivi Mamadou Kader Traoré, pour qui, «la réconciliation nationale est le socle de la paix pour la sécurité, la paix en terme de cohésion sociale et la stabilité politique et économique».

Le mouvement (MPRBC) a demandé, en plus du retour de l’ex-chef de l’Etat accusé d’avoir tué son frère d’arme, le président de la révolution d’août 1983, le capitaine Thomas Sankara, en 1987, «le retour de tous les Burkinabè exilés».

Réagissant sur les dossiers judiciaires auxquels devraient faire face Blaise Compaoré, le MPRBC se dit «confiant» parce que l’ex-président lui-même fait «confiance à la justice» de son pays.

A en croire le MPRBC, leurs actions sont dénuées de toutes considérations politiques. «Nous avons besoin de papa Blaise Compaoré, un homme de paix et de dialogue, grand médiateur reconnu par les puissances étrangères, pour ses expériences et non pour la politique», a signifié le coordonnateur du MPRBC.

WakatSéra /Sahel-Elite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s