L’Algérie face aux trafics et au terrorisme au niveau du Sahel (contribution)

Il y a lieu d’analyser avec lucidité  les réalités du terrorisme transnational, du narcotrafic et de la criminalité organisée, afin de proposer les voies et moyens de nature à assainir la région de ces fléaux criminels dévastateurs et de garantir à ses populations la paix, la stabilité et la sécurité.

La criminalité transnationale organisée   renvoie aux réseaux criminels organisés et par voie de conséquence au terrorisme, menace planétaire, qui  profitent de la vente de marchandises illégales, dès lors qu’il existe une demande. Ces marchés illicites internationaux, anonymes et plus complexes que jamais, génèrent chaque année des milliards de dollars.

C’est que les enjeux au Sahel préfigurent d’importantes reconfigurations géopolitiques et géoéconomiques dans une zone sensible rentre dans le cadre de la nouvelle stratégie mondiale à laquelle l’Algérie ne saurait échapper et d’une manière générale toute l’Afrique. Ces enjeux sont intimement liés aux nouvelles mutations  mondiales actuelles qui  devraient conduire à de profondes reconfigurations socio-économiques, technologiques mais également sécuritaires, objet de cette présente contribution.

1-La  fin de la guerre froide marquée par l’effondrement du bloc soviétique et les attentats survenus aux Etats-Unis le 11 septembre 2001 représentent  un tournant capital dans l’histoire contemporaine.Le premier événement marque la fin d’un monde né un demi-siècle plus tôt et la dislocation d’une architecture internationale qui s’est traduite, des décennies durant, par les divisions, les déchirements et les guerres que nous savons.  Aujourd’hui, les menaces sur la sécurité ont pour nom terrorisme, prolifération des armes de destruction massive, crises régionales et  délitement de certains Etats. Or,  les défis collectifs nouveaux, sont une autre source de menace : ils concernent les ressources hydriques, la pauvreté, les épidémies, l’environnement. Ils sont d’ordre local, régional et global.

En 2018, nous assistons   dans la région à de profondes  mutations de la géopolitique saharienne après l’effondrement du régime libyen, avec  des   conséquences pour la région. Déjà, les rapports entre le Sahel et la Libye de Kadhafi étaient complexe. Bien avant et surtout depuis la  chute du régime  de Kadhafi  le Sahel est l’un de ces espaces échappant à toute autorité centrale, où se sont installés groupes armés et contrebandiers. Kadhafi disparu des armes, dont 15000 missiles sol-air étaient dans les entrepôts de l’armée libyenne dont une partie a été accaparé par de différents groupes qui opèrent au Sahel.

Avec les tensions géostratégiques récentes le trafic a pris plus d’ampleur notamment les conflits en Irak, Syrie et  pour cette zone l’instabilité au Mali, Niger et surtout  libyenne. Récemment, certaines sources de renseignement   n’écartent pas le retour d’Al Qaïda en Afrique de l’Ouest dans la mesure où la Somalie est devenue une porte d’entrée des terroristes en provenance de la Syrie et l’Irak et au niveau du Sahel et de l’Afrique du Nord.

Les récentes investigations dans le cadre de la lutte antiterroriste menées par les services de renseignements révèlent de nouvelles donnes  au niveau du Sahel. Ce qui complique davantage la situation c’est la non-reconnaissance par les tribus libyennes du gouvernement qui n’est pas en mesure d’assurer la protection des frontières, devant impliquer les tribus dans les négociations, d’autant plus que ces dernières détiennent un lot d’armement important puisé dans les casernes de la défunte armée libyenne.

La Libye n’est plus la seule menace potentielle, le Mali qui gagne du temps pour appliquer les accords d’Alger profitant d’une situation instable avec le facteur étranger dans la région.. Cette menace est certes préoccupante, mais pas que pour l’Algérie dont les frontières nord sont ouvertes sur la Méditerranée, mais aussi pour l’Europe. Mais en tout cas, ces nouvelles donnes impliquent une nouvelle stratégie sur le plan sécuritaire mais aussi diplomatique.

Au Sahel, les groupes armés ont proliféré, ont accru leur capacité de nuisance, se sont diversifiés en terroristes, insurgés, criminels et milices, selon des variables, comme leur vision, leur mission ou les moyens mis en œuvre. L’aspect l de cette  connexion semble être la façon dont le commerce de la drogue illégale sape les efforts pour poursuivre les réformes politiques et le développement nécessaires pour endiguer la radicalisation et la montée des groupes terroristes dans plusieurs régions du monde déjà fragiles.

Le Sahel est également une zone de transit pour les passeurs. 50 à 60% de ceux qui traversent la Libye vers l’Europe passent par la région. Selon les différentes résolutions du G5, si les événements récents ont souligné que la traversée de la Méditerranée peut se transformer en drame et qu’il est urgent que tout le monde coopère pour arrêter les flux migratoires.

2.- Nous avons plusieurs formes de trafic : premièrement, nous avons le  trafic de marchandises ;  deuxièmement, le  trafic d’armes ;  troisièmement, le   trafic de drogue ;  quatrièmement, la traite des êtres humains et le  trafic de ressources naturelles ;  cinquièmement, nous avons  cybercriminalité ;  sixièmement, comme résultante, nous avons le blanchiment d’argent soit dans les  paradis fiscaux ou dans l’immobilier.

Trois  facteurs permettent de comprendre les liens entre trafic et terrorisme: premièrement, l’existence de mouvements communautaires, ethniques et religieux, qui permettent une collaboration  entre terroristes et criminels, sur la base de valeurs partagées et de confiance mutuelle ;deuxièmement, la survenance d’un conflit armé;  troisièmement, les contraintes qui jouent lors d’échanges transnationaux complexes de marchandises illégales  qui impliquent souvent d’autres parties intermédiaires et de certains segments  de l’administration  corruptibles.

Le Sahel est un espace sous-administré et souffrant d’une mauvaise gouvernance chronique.  La vulnérabilité du Sahel découle  d’une profonde vulnérabilité des Etats accentuée par la  pression démographique. Caractérisé par une forte croissance démographique (environ 3,1%), le Sahel devrait doubler sa population d’ici 25 ans, et comptera vraisemblablement plus de 100 millions d’habitants en 2020. Cette croissance affectera certainement la sécurité humaine et notamment alimentaire de la région dans son ensemble.

A cela se greffe du fait de la mondialisation avec d’importantes inégalités tant internes aux  pays développés qu’entre le Nord et le Sud l’intensification de la radicalisation. La radicalisation est le fruit d’une conjonction de facteurs liés à l’individu, ses relations, sa communauté et son rapport à la société.  L’apparence physique ou vestimentaire ne constitue pas un élément suffisant pour identifier une situation de radicalisation. Certains indicateurs doivent toutefois alerter l’entourage sur un processus potentiellement engagé. Identifier un processus de radicalisation ne se fait pas sur la base d’un seul indice mais d’un faisceau d’indicateurs. Ces indicateurs n’ont, par ailleurs, pas tous la même valeur et seule la combinaison de plusieurs d’entre eux permet d’établir un constat.

Ces signes sont parfois liés à la personnalité de l’individu, aux relations qu’il entretient avec son entourage, sa communauté et la société dans laquelle il vit. Ils peuvent être classés en 3 catégories : les ruptures, l’environnement personnel et les théories et discours.

La rupture avec l’environnement quotidien est l’un des indicateurs essentiels du processus de radicalisation. L’individu modifie brutalement ses habitudes, rompt avec ses amis, l’école, voire avec ses proches pour se consacrer à une relation exclusive avec un groupe et sa mission. Ainsi, l’approche multiple se penche simultanément sur un ensemble de facteurs qui se jouent à la fois au sein de l’individu, de ses relations, de sa communauté et de la société.

3.- C’est pourquoi  y a-t-il lieu d’accorder une attention particulière aux  tensions au niveau de  la  ceinture sahélienne qui recèle d’importantes ressources minières  d’où  les  ingérences étrangères manipulant différents acteurs afin de se positionner au sein de ce couloir stratégique et de prendre le contrôle des richesses sont nombreuses. L’arc sahélien est riche en ressources : après le sel et l’or, pétrole et gaz, fer, phosphate, cuivre, étain et uranium sont autant de richesses nourrissant les convoitises de puissances désirant s’en assurer le contrôle.

Le commerce des stupéfiants, par exemple, a le potentiel de fournir aux groupes terroristes un bonus supplémentaire : les recrues et les sympathisants parmi les agriculteurs appauvris, négligés et isolés, et qui non seulement peuvent cultiver pour le compte des trafiquants, mais aussi populariser et renforcer les mouvements anti-gouvernementaux.

Pour l’Algérie l’arc sahélien est stratégique qui recouvre, entièrement ou en partie, les pays suivants : l’Algérie (à l’extrême sud) -le Sénégal ; la Mauritanie (au sud) ; le Mali ; le Burkina Faso (au nord) ; le Niger ; le Nigeria (à l’extrême nord) ;le Tchad (au centre).  La sécurité intérieure de l’Algérie  est posée à ses frontières : la frontière Algérie Mali est de 1376 km, la frontière entre l’Algérie / Libye  de 982 km, la  frontière Algérie/ Niger de  956 km, la frontière  Algérie/ Tunisie est de  965 km.  Préoccupé tant par  les tensions mondiales que régionale, malgré la situation budgétaire difficile  notamment depuis juin 2014, l’Algérie a déployé une véritable task-force pour sécuriser ses frontières, et dont les événements récents confirment la continuelle aggravation.

Le problème est plus  grave pour  les  frontières conjointes avec le Mali et la Libye. Il ne faut pas oublier que les djihadistes étaient venus depuis cette région lors de l’attaque terroriste de Tiguentourine.  Sur le court terme,  les tensions  dans la région notamment pour la protection  de ses  frontières, la situation en Libye, au Mali et accessoirement  les actions terroristes  à sa frontière en Tunisie ont imposé à l’Algérie des dépenses supplémentaires. Il est entendu  que rentre dans ces dépenses surtout le  remplacement de la plupart du  matériel militaire obsolète pour l’acquisition de nouveaux équipements pour l’armée de terre, la marine et les forces aériennes, sans compter des dépenses pour l’adaptation du renseignement  aux nouvelles mutations tant internes que mondiales de ses forces  de sécurité et de penser d’ores et déjà à la cybercriminalité enjeu du XXème siècle.

Cela est posé pour tout le reste de l’économie bien que  le risque  des cyber-attaques en Algérie est actuellement minime car les services électroniques sont à l’état primaire  (e-commerce, e-santé et e-administration) et les entreprises algériennes fonctionnent  sur des modes de gestion désuètes n’étant pas orientées  vers les transactions  et services électroniques.  Mais l’Algérie ne peut supporter à terme le cout de toutes ces opérations, quitte à freiner son développement,  impliquant une coopération régionale pour mutualiser les dépenses.

De par sa situation géographique stratégique au Maghreb et sa longue histoire de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent sur son territoire, l’Algérie constitue un pilier pour la stabilité de la  région méditerranéenne et africaine, mais doit pour une efficacité réelle, résoudre les problèmes de développement interne  avec la chute du cours des hydrocarbures et parallèlement intensifier la coopération internationale contre ce fléau planétaire. Il y a l’urgence d’une   coopération tant africaine, méditerranéenne  que mondiale  dans la lutte contre la criminalité transnationale  nécessitant une coopération en réseaux passant par  l’amélioration des  bases de données  afin de lutter efficacement contre le crime transfrontalier et le terrorisme.

Il s’agit donc de lever les contraintes du fait que  la  corruptibilité  générale des institutions,  pèsent lourdement  sur les systèmes chargés  de l’application des lois et la justice pénale en  général qui ont des difficultés à s’adapter aux  nouveaux défis posés par la sophistication des   réseaux du crime organisé. La  collaboration inter-juridictionnelle est ralentie  par l’hétérogénéité des systèmes juridiques notamment  en Afrique du Nord et en Afrique noire. La porosité des  frontières aussi bien que la coordination entre  un grand nombre d’agences chargées de la  sécurité aux frontières posent de grands  problèmes. À terme, la  stratégie vise à attirer graduellement les utilisateurs du système informel vers le réseau formel et ainsi isoler les éléments criminels pour mieux les cibler tout en diminuant les dommages collatéraux pour les utilisateurs légitimes.

4.- La  lecture que font  la plupart des dirigeants de la planète  vis-à-vis  des menaces et défis auxquels le monde et notre région sont confrontés  repose essentiellement  sur la nécessité de développer ensemble une stratégie de riposte collective et efficace concernant notamment  le terrorisme international, le trafic des êtres humains et la criminalité organisée à travers la drogue et le blanchissement d’argent. Mais, la  lutte contre le terrorisme implique de mettre fin à cette inégalité tant  planétaire qu’au sein des Etats où une minorité s’accapare une fraction croissante du revenu national enfantant la misère et donc le terrorisme, renvoyant à la moralité de ceux qui dirigent la Cité.

Car, le tout  sécuritaire pour le sécuritaire a des limites et les responsables algériens chargés de la sécurité en sont conscients,  existant des liens dialectiques entre développement et sécurité. L’efficacité sécuritaire  devra  s’insérer  dans le cadre d’une vision  stratégique devant  impérativement  minimiser les coûts des dépenses par une rationalisation des choix budgétaires tant dans le domaine civil que militaire.  L’analyse par le professeur en stratégie  à Harvard  Michael Porter des « cinq forces »,  qui déterminent la structure concurrentielle d’une industrie de biens ou de services (le pouvoir de négociation des clients, le pouvoir de négociation des fournisseurs, la menace des produits ou services de substitution, la menace d’entrants potentiels sur le marché et l’intensité de la rivalité entre les concurrents)  fait apparaître que souvent les différents acteurs algériens  un faible pouvoir de négociation du fournisseur et un fort pouvoir de négociation du client, alors que les barrières d’entrées sur le marché algérien tant des entreprises économiques que de l’armement sont élevées.

En résumé, face à ces menaces tant internes, tensions budgétaires,  qu’externes, tensions  géostratégiques,  l’Algérie  a besoin  d’un dialogue productif,  faire taire  nos divergences et privilégier uniquement les intérêts supérieurs de l’Algérie. Un minimum de consensus économique et social qui ne saurait signifier unanimisme signe de décadence de toute société s’impose afin de faire face aux tensions géostratégiques et budgétaires  et  stabiliser le corps social. C’est l’unique voie que doivent emprunter les Algériens pour arriver à transcender leurs différends si l’on veut éviter la déstabilisation, ce qu’aucun patriote ne souhaite. Les différentes composantes de notre société, les forces sociales et politiques qu’elle recèle, les intérêts particuliers et ceux de la collectivité nationale, les acteurs connus ou méconnus de drames terribles, sont aujourd’hui puissamment interpellés et mis devant leurs responsabilités historiques.

L’Algérie connaît en 2018 la paix et la stabilité et il faut rendre un hommage à l’ANP et à nos forces de sécurité. Mais existe un lien dialectique entre développement et sécurité. Sans véritable développement, il y a risque de tensions sociales qui engendreront l’insécurité. Aussi, restent d’autres défis qui sont un préalable à une entreprise plus grande : la transformation profonde de l’Algérie, en tant que société et nation, et sa projection dans un avenir que les grandes nations préparent aujourd’hui avec la plus grande rigueur: un partenariat de choix avec les puissants de ce monde et une position «pivotale» dans l’espace géopolitique africain et dans l’environnement géopolitique euro-méditerranéen auquel appartient l’Algérie.

L’objectif stratégique est de traduire en termes concrets nos potentialités, pour être en mesure de relever avec succès les défis innombrables qui nous sont lancés par le monde moderne étant à l’aube de la quatrième révolution économique mondiale fondée sur les nouvelles technologies et le défi écologique. Je suis persuadé, en fonction de son histoire mouvementé depuis des siècles et de ses potentialités actuelles, notre peuple trouvera sans nul doute les ressources morales et psychologiques qui lui permettront, comme il l’a fait maintes fois face à l’adversité, de transcender avec dignité et honneur les rancunes et les haines tenaces.

Maghreb Emergent / Sahel-Elite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s