Niger/Algérie – Poursuite du rapatriement des migrants illégaux et lutte contre les passeurs #Mali

2018/07/19 – Les travaux du comité bilatéral algéro-nigérien frontalier, que président le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, et le ministre nigérien de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses, Mohamed Bazoum, ont pris fin hier, après de difficiles discussions entre experts des deux pays, qui ont buté sur la question de l’immigration clandestine et les rapatriements, avant d’arriver à un consensus. Continuer à lire … « Niger/Algérie – Poursuite du rapatriement des migrants illégaux et lutte contre les passeurs #Mali »

Burkina – Colonel Ousmane Traoré, gouverneur de la région de l’Est :«Des compatriotes sont allés se radicaliser avec la ferme volonté d’installer un katiba à l’Est » #Mali

2018/05/22 – Qualifiée de zone rouge, la région de l’Est a longtemps été en proie à l’insécurité, notamment au grand banditisme. C’est à ce fléau que les populations du Gulmu sont habituées. Cependant, au regard des modes opératoires des récentes attaques de Natiaboani et de Nassougou, tout porte à croire que les assaillants sont de la nébuleuse terroriste. Si cela venait à être confirmé, ce serait donc une première dans la région. Pour éclairer la lanterne des populations, Sidwaya a réalisé un entretien avec le gouverneur de la région de l’Est, le Colonel Ousmane Traoré. Continuer à lire … « Burkina – Colonel Ousmane Traoré, gouverneur de la région de l’Est :«Des compatriotes sont allés se radicaliser avec la ferme volonté d’installer un katiba à l’Est » #Mali »

Ligue des Oulémas du Sahel: l’atelier de Conakry met l’accent sur la formation #Mali #Guinée

2018/05/10 – Les travaux du 7ème Atelier régional de la Ligue des Oulémas, Prêcheurs et Imams du Sahel, tenu lundi et mardi Conakry, se sont soldés par une série de recommandation, dont l’importance de la formation dans la lutte contre le terrorisme et le radicalisme religieux.

Organisé en collaboration avec l’Unité de fusion et de liaison (UFL) des pays du Sahel, l’atelier a permis de relever la nécessité de dispenser des formation aux différents acteurs institutionnels impliqués dans la lutte contre le terrorisme et le radicalisme religieux. Continuer à lire … « Ligue des Oulémas du Sahel: l’atelier de Conakry met l’accent sur la formation #Mali #Guinée »

La radicalisation et l’extrémisme violent dans le Sahel : Faut-il blâmer les religions ? #G5Sahel #Burkina #Mali

2018/05/02 – La deuxième réunion des ministres en charge des affaires religieuses et de culte des pays du G5 Sahel, tenue à Ouagadougou du 26 au 27 avril, a invité encore au débat une question délicate mais cruciale : quel rôle le fait religieux joue-t-il dans la radicalisation et l’extrémisme violent au Burkina Faso et dans la région du Sahel ouest-africain en général ? Si la religion peut être à l’origine de conflit, de division, et hélas de violence extrémiste, fratricide, mais peut aussi inspirer des efforts louables de réconciliation et de promotion de la paix dans le monde, quelles implications cela a-t-il pour les leaders religieux et politiques et pour le simple croyant ? Pour avoir réfléchi et écrit plus longuement ailleurs sur la question, je souhaiterais proposer ici quelques éléments pour contribuer à enrichir le débat. Continuer à lire … « La radicalisation et l’extrémisme violent dans le Sahel : Faut-il blâmer les religions ? #G5Sahel #Burkina #Mali »

Burkina : 16 cas d’actes de violences liés à l’extrémisme enregistrés au mois de mars

2018/04/29 – Le Burkina Faso a enregistré 16 cas de violence liés à l’extrémisme  en mars,   a indiqué jeudi Edem Blège, appelant les Etats du G5 à ne pas abandonner les questions religieuses aux  «incultes». Continuer à lire … « Burkina : 16 cas d’actes de violences liés à l’extrémisme enregistrés au mois de mars »

G5 Sahel- Lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent : Les pays du G5 Sahel interrogent le fait religieux #Mali

Ouagadougou abrite, du 26 au 27 avril 2018, la 2e réunion de haut niveau des ministres en charge des affaires religieuses et du culte des pays du G5 Sahel. Deux jours durant, les participants vont se pencher sur la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent. C’est le ministre burkinabè de l’administration territoriale et de la décentralisation, Siméon Sawadogo qui a présidé la cérémonie officielle d’ouverture de la rencontre. Continuer à lire … « G5 Sahel- Lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent : Les pays du G5 Sahel interrogent le fait religieux #Mali »

Mali – Des learders religieux réfléchissent sur la prévention de l’extrémisme violent

2018/04/04 – Le Collectif de Sécurité Humaine (HSC) en collaboration avec WANEP-Mali a organisé un atelier de dialogue inter et intra-religieux sur la prévention de l’extrémisme violent les 3, 4 et 5 Avril 2018 à la Maison du Partenariat. Continuer à lire … « Mali – Des learders religieux réfléchissent sur la prévention de l’extrémisme violent »

Algeria and Morocco’s Migrant Policies Could Prevent Violent Extremism

2018/03/15 – Legalising migrants can boost economic growth, improve international relations and prevent radicalisation.

Algeria and Morocco have for the past decade been important transit and stopover countries for migrants moving to Europe. Many also stop to seek informal work in Algeria’s $548.3 billion hydrocarbon economy and Morocco’s $257.3 billion diversified economy. Continuer à lire … « Algeria and Morocco’s Migrant Policies Could Prevent Violent Extremism »

L’Algérie participe à la Conférence au Caire sur « l’industrie du terrorisme »

2018/02/26 – Le ministère algérien des Affaires religieuses a affirmé dimanche dans un communiqué que le pays sera représenté par son ministre Mohamed Aïssa à une conférence qui aura lieu lundi au Caire en Egypte ayant thème « l’industrie du terrorisme, ses dangers et l’impératif d’y faire face ».Au cours de cette rencontre, le ministre algérien présentera, selon la même source, un exposé sur l’expérience de l’Algérie en matière de « lutte contre le terrorisme et sa contribution dans la promotion de la culture de la paix, de la modération et du juste milieu ». Continuer à lire … « L’Algérie participe à la Conférence au Caire sur « l’industrie du terrorisme » »

Algérie : Dialogue 5+5: pour la promotion de la coopération internationale pour faire face au terrorisme et à l’immigration clandestine

Les participants à la 7ème réunion de Haut niveau des parlements des Etats membres du Dialogue 5+5 ont appelé samedi à Alger à promouvoir la coopération internationale pour faire face aux phénomènes du terrorisme, de l’extrémisme violent et de l’immigration clandestine.

Ainsi, les participants ont affirmé, dans leurs recommandations, qu’une « approche fragmentée pour lutter contre ces phénomènes ne peut pas aboutir », appelant à « la promotion de la coopération internationale, plus particulièrement en matière pénale, tout en respectant l’Etat du droit et les Droits de l’homme ».

La réunion a, dans ce contexte, recommandé la mise en place, entre les pays du Dialogue 5+5, et en coopération avec l’ONU, d’une « stratégie globale » pour prévenir et lutter contre l’immigration clandestine, l’extrémisme violent et le terrorisme « pour couvrir tous les aspects liés à la lutte contre ces phénomènes ».

Les pays de la Méditerranée « n’arriveront pas à résoudre la question de l’immigration clandestine, de l’extrémisme violent, de la radicalisation et du terrorisme sans que des solutions géopolitiques soient trouvées au Sahel, en Libye et au Moyen Orient », ont-ils indiqué, ajoutant que, « sans la résolution du conflit israélo-palestinien, aggravé par la récente décision de l’administration américaine de transférer son ambassade à El Qods occupée, l’extrémisme violent continuerait à prospérer ».

Ils ont dans ce contexte réitéré leur soutien « à la solution à deux Etats, dans le respect du Droit international ».

Par ailleurs, les parlementaires ont relevé que l’intervention militaire étrangère en Libye « a été un facteur de déstabilisation de la région », soulignant l’importance de « préserver l’intégrité territoriale de la Libye ainsi que de sa souveraineté nationale » et que la solution au conflit libyen « doit être politique et non pas militaire, sous la base des accords signés sous les auspices des Nations Unies ».

Au plan économique, la réunion a notamment mis en exergue l’importance du renforcement de la coopération au niveau international et des échanges économiques et commerciaux Nord-Sud et Sud-Sud, y compris la libre circulation des personnes et des biens.

Les participants ont également appelé à plus d’investissements et financements « afin de soutenir les PME, moteur de l’économie de la région, ainsi que les infrastructures indispensables dans de nombreux de secteurs comme les transports, l’énergie et le commerce », soulignant la nécessité de « développer une approche régionale positive de la migration, à travers la promotion des opportunités de formation en faveur des réfugiés qui se sont établis dans la région ».

Concernant les défis sociaux, la réunion a notamment appelé à investir dans l’éducation « comme moyen pour contrer le fanatisme et le terrorisme », à soutenir la place des femmes, la culture et la liberté d’expression, combattre les inégalités sociales et à assurer des conditions de travail décentes pour tous.

Les parlementaires ont estimé nécessaire l’organisation d’un atelier dédié à un « échange structuré » des meilleurs pratiques, « afin de partager les expériences de chaque pays dans des domaines spécifiques tels que la de-radicalisation ».

Les recommandations de cette réunion seront soumises à l’appréciation des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Dialogue 5+5 qui se réuniront dimanche à Alger.

Source: APS