Le Ghana et le Togo inaugurent un poste de contrôle juxtaposé

2018/27/10 – Le président du Ghana, Nana Akufo Addo et son homologue togolais Faure Gnassingbé ont conjointement inauguré vendredi le poste de contrôle juxtaposé de Noépé-Akanu à la frontière Togo-Ghana, à près de 30 kilomètres à l’est de Lomé.Akufo Addo est arrivé vendredi matin à Lomé, spécialement pour cette inauguration, alors qu’il est facilitateur dans une crise socio-politique qui agite le Togo depuis août 2017 et qui a connu des rebondissements en lien avec le recensement électoral et la recomposition de la CENI, organe de supervision des élections. Continuer à lire … « Le Ghana et le Togo inaugurent un poste de contrôle juxtaposé »

Niger : pouvoir et opposition décident de renouer le dialogue pour réviser la loi électorale

2018/08/10 – Après une longue période de crise, opposition et pouvoir au Niger ont décidé vendredi de s’entendre sur une révision du code électoral, principale pomme de discorde entre ces principaux acteurs de la classe politique, a-t-on appris samedi de source officielle à Niamey.Depuis 2016, les travaux du Comité national du dialogue national (CNDP), un cadre pour le règlement des litiges politiques, étaient boycottés par l’opposition qui protestait contre certaines modifications de la loi électorale sans consensus politique, notamment la composition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et certaines dispositions sur les conditions d’éligibilité. Continuer à lire … « Niger : pouvoir et opposition décident de renouer le dialogue pour réviser la loi électorale »

Burkina Faso : le fichier électoral actuel ne reflète pas l’état de la population, selon la CENI

2018/09/26 – Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry, a déclaré mardi à Ouagadougou que « le fichier électoral (actuel) ne reflète pas l’état de la population » au Burkina Faso, justifiant le choix d’une nouvelle méthode d’enrôlement des électeurs.  Continuer à lire … « Burkina Faso : le fichier électoral actuel ne reflète pas l’état de la population, selon la CENI »

Burkina Faso – Référendum constitutionnel : le gouvernement invalide la date du 24 mars 2019

2018/08/29 – Le gouvernement burkinabè a indiqué que la date du référendum portant sur l’adoption de la nouvelle Constitution, «n’est pas officiellement arrêtée», infirmant une information de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui tablait pour le 24 mars 2019. Continuer à lire … « Burkina Faso – Référendum constitutionnel : le gouvernement invalide la date du 24 mars 2019 »

Mali – Second tour de la présidentielle : Les Missions d’observation électorale de L’UA et de la CEDEAO saluent la bonne tenue du scrutin

2018/08/15 – Avant la production d’ un rapport exhaustif assorti de recommandations en vue de l’amélioration du cadre légal et institutionnel devant assurer à l’avenir un processus plus apaisé et plus consolidé au Mali, le chef de la Mission d’observation électorale de l’Union africaine (UA), Thomas Yayi Boni, ancien président du Bénin et celui de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Kadré Désiré Ouédraogo, ancien Premier ministre du Burkina Faso, ont conjointement animé, lundi dernier, une conférence de presse pour présenter leurs conclusions préliminaires sur le déroulement du scrutin du second tour de l’élection présidentielle. Continuer à lire … « Mali – Second tour de la présidentielle : Les Missions d’observation électorale de L’UA et de la CEDEAO saluent la bonne tenue du scrutin »

Mali – Amadou Ba, président de la CENI : «Le gouvernement nous donne 5,7 Milliards pour superviser les élections générales »

2018/06/05 – A environ deux mois de la présidentielle, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Amadou Ba, nous a accordé une interview dans laquelle il rappelle les missions de sa structure, ses rapports avec les autres acteurs du processus électoral, le budget de la CENI pour les échéances électorales à venir. Continuer à lire … « Mali – Amadou Ba, président de la CENI : «Le gouvernement nous donne 5,7 Milliards pour superviser les élections générales » »

Mali – Organisation de la présidentielle : L’administration territoriale fait le point

2018/05/21 – Le secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Baba Hamane Maïga, a animé le jeudi 17 mai dernier, une conférence de presse. Objectif ? Faire le point sur les préparatifs de l’élection présidentielle qui aura lieu au mois de juillet prochain. Continuer à lire … « Mali – Organisation de la présidentielle : L’administration territoriale fait le point »

Mali – 16 milliards mobilisés au nom des élections (Opinion)

2018/05/01- Pendant que l’opinion et les hautes autorités s’arrachent les cheveux d’angoisse devant l’équation financière de l’élection présidentielle, une mission expresse d’Etat s’est rendue aux Émirats Arabes Unis pour tenter de décanter la situation. Il s’agissait de contribuer à combler le grand gap de financement que risque de créer la réticence de l’extérieur à contribuer à hauteur de souhait aux efforts de la guerre électorale. La mission, à en croire nos sources, n’est pas revenue bredouille. Continuer à lire … « Mali – 16 milliards mobilisés au nom des élections (Opinion) »

Mali – La nomination du président de la Céni à la Cour suprême récusée par des partis politiques de la Majorité présidentielle

2018/02/25 – La nomination d’Amadou Ba (président de la Commission électorale nationale indépendante “Céni”) comme Conseiller à la Section judiciaire de la Cour suprême est décriée par les responsables des partis politiques la Convention démocratique ” Cd Sigikafoton “, le Parti du renouveau démocratique et du travail (Prdt) tous de la Majorité présidentielle.  Parce qu’à leurs dires, ce cumul de fonction risque d’être préjudiciable aux élections à venir. Ousmane Baba Kané, Mamadou Lamine Sylla (CD), Moussa Kéita (Prdt) et Mamadou Kassa Traoré ont tenu une conférence de presse le jeudi 22 février 2018 au siège de la Convention de la majorité présidentielle (Cmp) pour alerter les autorités maliennes et l’opinion nationale et internationale sur le cas d’Amadou Ba. Continuer à lire … « Mali – La nomination du président de la Céni à la Cour suprême récusée par des partis politiques de la Majorité présidentielle »

Burkina- Vote des Burkinabè de l’étranger: plus de 2,5 millions de personnes pourront voter en 2020

2018/02/25 – Dans le cadre de la commémoration de ses 20 ans d’existence, le Tocsin a voulu lever un coin de voile sur le sujet du vote des burkinabè de l’extérieur. C’est à juste titre que ladite association a organisé une conférence publique le jeudi 22 février 2018, en vue de s’imprégner au même titre que les populations sur l’état des lieux de cet aspect. « Vote des burkinabè de l’étranger : état d’avancement des préparatifs ». C’est sous ce thème que Newton Ahmed Barry, président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a échangé avec l’assistance.

Selon Arouna Savadogo, président du Tocsin, le sujet du vote des burkinabè de la diaspora interpelle plus d’un et se présente comme quelque chose de cruciale. A cet effet, sachant que la loi relative à cette disposition a été votée depuis 2009, il paraissait judicieux pour les uns et les autres d’en savoir davantage sur cette question.

Selon Newton Ahmed Barry, conférencier du jour, « en 2020, le vote des Burkinabè de l’extérieur sera effectif ». Et pour parvenir à la réalisation d’un tel souhait, il fait savoir que l’institution qu’il dirige est à pied d’œuvre. En effet, depuis de nombreux mois, la Ceni procède à des propositions et suggestions pour l’opérationnalisation du vote des burkinabè de la diaspora.

Au cours de son intervention, sous forme d’exposé, le président de la Ceni a laissé entendre que les choses ne s’avèrent pas aussi faciles que certains pouvaient l’imaginer. D’entrée, il a fait ressortir le caractère « polémiste » de ce sujet. Cependant, cela se présente comme un défi majeur qu’il entend relever. C’est la raison pour laquelle il suscite l’espoir qu’il ne s’agira pas d’un « faux-départ ».

C’est également le souhait manifesté par Arouna Savadogo et les siens au sein du Tocsin. «Nous au Tocsin, nous disons qu’en 2020, nos compatriotes doivent voter. Et nous nous en tenons à cela », fait remarquer le président de l’association initiatrice de ce cadre d’échange. M. Savadogo justifie la position de son association par le fait qu’ « il n’y a pas deux types de burkinabè. Que vous soyez à l’extérieur ou à l’intérieur, ce sont les mêmes Burkinabè. Nous avons les mêmes droits, les mêmes devoirs ».

La présidentielle de 2020 sera l’élection à la quelle pourront prendre part les Burkinabè résidant à l’extérieur. Et étant donné que la Ceni entend faire de ce scrutin une réalité pour cette partie de « nos compatriotes », un chronogramme a été établi. Celui-ci devrait prendre effet à partir de mars 2018, jusqu’au dernier trimestre de 2020. Il comprend entre autres « la révision du code électoral, la sortie d’explication dans les ambassades et consulats, la constitution du premier fichier électoral des Burkinabè de l’extérieur, la révision du fichier électoral général. Et enfin le vote des burkinabè de l’étranger », a expliqué Newton Ahmed Barry.

A la suite de l’exposé du président de la Ceni, Arouna Savadogo s’est dit convaincu. « Avec l’exposé, on a vu qu’au lieu de 52 milliards qu’on devait mettre sur la table pour rendre effectif le vote des Burkinabè de la diaspora, c’est revenu à 20 milliards ». Pour ce dernier, il s’agit là d’un effort considérable à saluer.

Selon les chiffres, il y aurait 2.566.500 Burkinabè de l’extérieur qui pourront voter en 2020. Il ressort de cette estimation que plus de 1.740.000 vivent en Côte d’Ivoire. Cependant, il a été dénombré entre 7.300.000 et 7.500.000 Burkinabè installés à l’extérieur.

Se référant à ces énumérations, Newton Ahmed Barry confie que « 985.000 d’entre eux possèdent des cartes consulaires et 1.100.000 sont immatriculés (…) La moitié de la diaspora burkinabè vit en Côte d’Ivoire. Et s’en tenant à leur nombre, il reviendra à créer un bureau de vote dans presque chaque village de la Côte d’Ivoire. Soit en tout 3.500 bureaux de vote dans ce seul pays ».

Source: FasoZine/Image d’illustration: © Autre presse par DR : Harouna Savadogo, Président de l’Association Tous pour le combat de la solidarité et de l’intégration (Tocsin)