Niger : le procès des militaires impliqués dans un putsch présumé repoussé au 23 janvier

10/10/18- Le procès d’une dizaine de militaires accusés de tentative de coup d’Etat contre le président nigérien Issoufou Mahamadou le 17 décembre 2015, a été repoussé au 23 janvier, a décidé le tribunal militaire à Niamey.Ce report a été accepté à la demande de leurs avocats qui estiment que les conditions ne sont pas créées pour mieux défendre leurs clients. Pour cause, ils ne sont entrés en possession du dossier que vendredi dernier. Continuer à lire … « Niger : le procès des militaires impliqués dans un putsch présumé repoussé au 23 janvier »

G5 Sahel : Un fonds spécial pour le G Sahel: Saura-t-on relever le défi de la bonne gouvernance ?

Le 8 janvier dernier, s’est ouverte à Bamako au Mali, une réunion conjointe d’experts et des ministres des Affaires étrangères et de la Défense du Mali, du Burkina Faso, du Niger, du Tchad et de la Mauritanie sur l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel.

A cette occasion, il a été annoncé la création d’un fonds fiduciaire pour « accompagner et gérer les importants fonds annoncés pour aider la force G5 dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel », selon les termes du ministre malien des Affaires étrangères, Tiéman Hubert Coulibaly. Une opération qui a toutes les allures d’un clin d’œil aux pays donateurs qui doivent se réunir la semaine prochaine à Paris avec les pays membres avant la réunion des pays contributeurs prévue pour se tenir le 23 février prochain à Bruxelles, capitale de la Belgique. Mais, le tout n’est pas de rassembler l’argent.

Encore faudrait-il bien le gérer. C’est pourquoi l’on pourrait se poser la question de savoir si au niveau du G5 Sahel, l’on saura relever le défi de la bonne gouvernance dans la gestion de ces fonds. Car, bien souvent en Afrique, cette question s’est souvent révélée comme le talon d’Achille   de nos gouvernants. Et si face au malheur des populations, certains dirigeants sont capables de détourner des fonds destinés à la lutte contre des maladies épidémiques comme le Sida ou Ebola, l’on peut craindre que dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, d’autres ne se gênent guère de tremper leur barbichette dans la soupe, à la moindre occasion. Dès lors, l’on comprend la volonté de certains donateurs à être regardants sur la façon dont ces fonds seront gérés. En tout cas, cette façon de devoir montrer patte blanche avant la mise en œuvre effective des fonds, peut être perçue comme une preuve supplémentaire que l’Afrique a surtout mal à sa gouvernance.

Force est de reconnaître que les lignes bougent

Et comme, selon l’adage, « le chien ne change pas sa façon de s’asseoir », l’on peut comprendre la fébrilité de certains donateurs à laisser exclusivement la gestion de ces fonds entre des mains qui pourraient être tentées par le diable. Car, en la matière, l’on est parfois envahi par le sentiment qu’il est moins difficile de lutter contre le terrorisme que contre la mal gouvernance sous nos tropiques. Il appartient donc aux dirigeants africains, en l’occurrence ceux du G5 Sahel, de faire la preuve du contraire en gagnant la bataille de la transparence et de l’orthodoxie financière dans la gestion de ce fonds spécial. Toute chose qui devrait mettre en confiance les partenaires qui ont accepté de délier les cordons de la bourse. En tout état de cause, relativement à la question de l’opérationnalisation de la force du G5 Sahel, force est de reconnaître que les lignes bougent. Petit à petit, les choses sont en train de se mettre en place, même si l’urgence du terrain aurait voulu que l’on puisse aller vite. Déjà, plus de la moitié du budget prévisionnel a été réunie. L’espoir est donc permis. Le souhait, à présent, est que la conférence des donateurs de Bruxelles prévue pour le mois prochain, permette d’augmenter considérablement le nombre de contributeurs pour permettre à cette force dont le projet a été lancé en novembre 2015, d’avoir la plénitude de ses moyens pour enfin aller à l’assaut des djihadistes qui ne rêvent que de mettre la région du Sahel sous coupe réglée, pour mieux tendre par la suite leurs tentacules jusque dans les recoins les plus reculés.

Le Pays BF

Mali/Défense/G5 Sahel: Opérationnalisation de la Force conjointe du G5S

10/01/18 – En prélude à la Réunion conjointe des ministres des Affaires étrangères sur l’opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) ; le Comité de défense et de sécurité des chefs d’Etat-major des pays membres s’est réuni, samedi, à Bamako. Continuer à lire … « Mali/Défense/G5 Sahel: Opérationnalisation de la Force conjointe du G5S »

Mali/G5 Sahel : Adoption des documents relatifs à la création d’un mécanisme de mobilisation, de coordination et de gestion des contributions de la FC

10/01/18 – Les ministres en charge des Affaires étrangères, de la Défense et de tutelle du G5 Sahel ont approuvé le lundi 8 Janvier 2018 à Bamako des documents relatifs notamment à la création d’un mécanisme de mobilisation, de coordination et de gestion des contributions à la FC-G5S et à la mise en place d’un Comité de soutien et de contrôle de la Force conjointe. Continuer à lire … « Mali/G5 Sahel : Adoption des documents relatifs à la création d’un mécanisme de mobilisation, de coordination et de gestion des contributions de la FC »

Mali/Mopti: L’association ‘Saghan Ciré’ dénonce l’absence de l’Etat dans plusieurs cercles et comunes #Sécurité

10/01/18 – L’association Saghan Ciré jeunesse de Mopti était face à la presse, le vendredi 5 janvier dernier à la Pyramide du Souvenir pour faire le point sur la situation sécuritaire actuelle de la région et dénoncer l’absence totale de l’administration dans plusieurs cercles et communes ainsi que le silence de leurs élus à l’Assemblée Nationale. La conférence était animée par Mama Samassékou, président de ladite association. Continuer à lire … « Mali/Mopti: L’association ‘Saghan Ciré’ dénonce l’absence de l’Etat dans plusieurs cercles et comunes #Sécurité »

Mali/France: Déçu de la présence française sur le sol malien depuis 5 ans : Le mouvement Waati sera, on a tout compris battra le pavé aujourd’hui

10/01/18- Le Mouvement Waati Sera, on a tout compris a décidé de descendre dans la rue aujourd’hui, de manière pacifique, afin de manifester son indignation quant à la présence française sur le sol malien. La France est au Mali il y a 5 ans. Après son intervention qui a stoppé les forces du mal depuis Kona et fêtée par le peuple malien, la France a adopté une posture qui fera d’elle un paria au Mali. Sa position ambiguë dans la résolution de la crise malienne, elle refuse l’accès de Kidal aux forces armées et de sécurité maliennes et malgré sa présence dans le nord, cette partie du Mali et beaucoup de zones du centre sont victimes de toutes sortes de barbaries de la part des djihdistes et terroristes. Continuer à lire … « Mali/France: Déçu de la présence française sur le sol malien depuis 5 ans : Le mouvement Waati sera, on a tout compris battra le pavé aujourd’hui »

Côte d’Ivoire/Sécurité : Crépitement des armes à Bouaké: Des militaires ont attaqué à l’arme lourde le CCDO

10/01/18 – Des militaires exigent le départ de Bouaké des éléments du Ccdo, le payement de leurs primes de mission, leur formation, leur avancement dans les grades ou encore le payement de 12 millions FCfa des éléments faisant partie des 8400 qui n’avaient pas perçu leur dû l’année dernière. Continuer à lire … « Côte d’Ivoire/Sécurité : Crépitement des armes à Bouaké: Des militaires ont attaqué à l’arme lourde le CCDO »