Tchad: une rentrée scolaire entre réformes et problèmes

2018/02/10 – L’année scolaire, qui a débuté lundi au Tchad, sera marquée par les réformes annoncées par le gouvernement. Mais elle est compromise par de nombreux problèmes, notamment la grève qui paralyse les services publics depuis plusieurs mois. »L’année scolaire 2018-2019 est placée sous le signe ‘des réformes et de l’application du bilinguisme intégral à l’école’, réformes entreprises pour rendre l’école tchadienne plus performante et le bilinguisme intégral pour faire entrer effectivement l’enseignement de l’arabe dans les classes francophones et du français dans les classes arabophones », a déclaré le ministre de l’Education nationale et de la promotion civique, Aboubakar Assidick Tchoroma.

La principale réforme concerne l’enseignement des matières scientifiques marqué par une déperdition continue des élèves ces dernières années. Pour inverser la courbe, des lycées scientifiques ont été créés à N’Djaména, la capitale, et dans d’autres villes.

Le gouvernement a également annoncé le recrutement de 3 000 professeurs scientifiques au cours des trois prochaines années. Il est enfin instauré une itinérance d’enseignants scientifiques dans les provinces pour desservir les écoles.

« Ces réformes vont être engagées en profondeur parce que l’école tchadienne est malade, malade de ses maîtres et élèves qui manquent de niveaux et occupent les derniers rangs au niveau de la sous-région, malade aussi de nos errements qui ont pénalisé pendant longtemps le jeune enfant dans ses droits à une éducation de qualité », a insisté M. Tchoroma.

Les résultats d’une enquête parlementaire, publiés en juin 2018, ont révélé que l’école tchadienne est en pleine déliquescence, agonisante, minée par de multiples problèmes dont la mauvaise gouvernance, matérialisée par un pilotage et une navigation à vue et aggravée par d’incessantes interférences politiques.

A l’appel des principaux syndicaux, une longue grève paralyse les services publics depuis le 28 mai 2018. Conséquence, ce sont les enseignants et élèves des établissements privés de la capitale et de certaines villes provinciales qui ont retrouvé les classes ce lundi. Dans les écoles publiques, il faudra encore attendre plusieurs jours, voire semaines.

Pour les syndicats, la fin de la grève passe par le rétablissement des augmentations générales spécifiques (AGS) des fonctionnaires que le gouvernement a supprimées il y a deux ans pour faire face à la crise économique.

« En ce moment, ce que veulent les enseignants et tous les travailleurs, c’est le reversement immédiats de leurs AGS coupées sur aucune base légale », a martelé Barka Michel, secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’éducation du Tchad, qui préside également l’Union des syndicats du Tchad et la Plateforme revendicative.

« Si les AGS sont rétablies, nous reprenons immédiatement les cours et sommes prêts à monter tous les scénarios pour que la rentrée se passe normalement pour que les élèves se rattrapent », a-t-il conclu.

Mais entre les syndicats et le gouvernement, les discussions n’avancent pas véritablement. Au cours d’une dernière réunion, tenue le week-end dernier, le ministre d’Etat secrétaire général de la présidence, Kalzeubé Payimi Deubet, a proposé un reversement échelonné des AGS d’ici les trois prochaines années. La Plateforme syndicale exige un rétablissement de 50% dès la fin du mois d’octobre courant, et de l’autre 50% fin novembre. Les syndicats s’en remettent à l’arbitrage du président Idriss Déby Itno lui-même qui devrait les recevoir dans les jours à venir.

Xinmhua/Sahel-Elite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s