Niger : Appui de la BM de 83 milliards de FCFA à l’électrification et aux réfugiés

2018/02/10 – La Banque Mondiale va accorder au Niger un appui de près de 83 milliards de FCFA destinés à l’électrification et à l’amélioration des conditions de vie des réfugiés et aux communautés d’accueil, et ce au terme des accords signés vendredi dernier à Niamey entre la partie gouvernementale et l’institution financière internationale.

Les documents ont été signés par la ministre du plan Mme Kané Aïchatou Boulama et le ministre des Finances, M. Massaoudou Hassoumi et la représentante Résidente de la Banque Mondiale au Niger, Mme Joëlle Dehasse.

La cérémonie s’est déroulée en présence des représentants du ministre de l’énergie, du Haut Commissariat pour les refugiés aux Nations Unies (UNHCR), des responsables de la Nigelec et de plusieurs invités.

Les deux accords de financements repartis en don et en prêt concerneront le Projet d’ Expansion de l’accès à l’Electricité au Niger (NELACEP) et le Projet d’ Appui aux Réfugiés et aux Communautés d’ Accueil (PARCA).

Après avoir paraphé les documents du financement, la ministre du Plan Mme .Kané Aichatou Boulama indique que les activités de ces deux projets s’inscrivent dans la mise en œuvre du Plan de Développement Economique et Social (PDES) 2017-2021 avec comme objectif de porter le taux national d’accès à l’électricité à 22% en 2021 et du Programme de Renaissance du Niger.
« Avec ce financement additionnel à travers un prêt de 56 millions de dollars US et un don de 14 millions de dollars, le NELACEP, contribuera à réduire de manière significative la disparité entre les milieux urbain et rural, et participera résolument à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) pour lesquels l’accès à l’énergie constitue une des conditions indispensables. L’électrification de l’Afrique figure bien parmi les priorités de la Banque Mondiale comme l’illustre cette deuxième intervention pour le secteur de l’Energie », a dit la ministre en charge du plan
Quant au projet PARCA financé à hauteur de 80 millions de dollars US soit environ 45 milliards de FCFA, il a pour objectif de développer et d’améliorer l’accès aux services sociaux de base et les opportunités économiques pour les communautés affectées par les déplacements forcés dans les régions de Diffa, Tahoua et Tillabéry. « Il s’agira spécifiquement de réaliser des travaux de réhabilitation et de construction d’infrastructures communautaires à petite échelle par des processus de forte intensité de main d’œuvre, donnant priorité aux infrastructures éducatives, sanitaires et marchandes à usage de la communauté. ».

Mme Aïchatou Kané a estimé que toutes ces actions participent à l’amélioration des conditions de vie, au relèvement et à redonner l’espoir aux populations concernées. Les régions de Diffa, Tahoua et Tillabéry sont affectées par l’activisme du Boko Haram dans la partie orientale du pays et du Djihadisme dans la zone frontalière du Mali. Quant à la région d’Agadez accueille des refoulés de la Libye, des refugiés ayant fui ce pays et des candidats à l’immigration.

Pour sa part la représentante résidente de la Banque Mondiale au Niger, Mme Joëlle Dehasse annonce que le PARCA, est une réponse du Groupe de la Banque Mondiale à l’agenda du gouvernement du Niger en matière de déplacement forcé et l’atténuation des risques. Il a pour objectif d’améliorer l’accès aux services de base et aux débouchés économiques des réfugiés et des communautés hôtes dans 15 Communes des régions de Diffa, Tahoua et Tillabéry, et d’apporter un soutien institutionnel aux autorités locales, régionales et centrales de ces trois (3) régions ainsi que celle d’Agadez.

A travers le deuxième projet (NELACEP), il s’agira pour la représentant résident de la banque mondiale au Niger d’accompagner les efforts du du Gouvernement du Niger en matière d’accès à l’électricité qui est de 10% sur le plan national avec des disparités entre les zones urbaines et rurales.
«Ce financement additionnel d’un montant total de 70 millions de dollars US soit environ 39 millions de FCFA, vient augmenter l’enveloppe initiale du NELACEP, approuvé en décembre 2015 à hauteur de 65 millions de dollars pour améliorer la desserte et la qualité des services du réseau électrique dans les capitales régionales», a précisé Mme Joëlle Dehasse.

« Il couvre trois (3) volets principaux que sont la modernisation et le renforcement du réseau de transport de la Zone du Fleuve, notamment la boucle de Niamey ; le renforcement de la capacité du réseau de transport d’énergie et le renforcement et la densification des réseaux de distribution de Niamey, de sept chefs-lieux de région et de localités rurales sélectionnées. Ce Projet financera également 70 000 nouveaux abonnés en plus de 60 000 déjà prévus dans le NELACEP, la modernisation de la conduite du réseau de Niamey et le renforcement des capacités institutionnelles du secteur de l’électricité, notamment du Ministère de l’Energie et de la NIGELEC », a détaillé la représentante résidente de la Banque Mondiale au Niger .
Le Niger affiche l’un des taux les plus bas de la sous-région et du monde d’accès à l’électricité de 12,22% en 2017 et cela avec des fortes disparités ville/village mise sur les énergies renouvelables pour son indépendance énergétique, selon le Ministère nigérien d’énergie.

ANP/Sahel-Elite Photo utilisée juste à titre d’illustration : © Autre presse par DR / Siège de la Banque Mondiale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s