Afrique : l’intégration régionale, une des panacées pour le développement du continent, selon l’ONU

2018/06/28 – L’intégration régionale constitue l’une des panacées pour le développement du continent africain, a estimé mercredi le coordinateur résident du système des Nations Unies au Bénin, Siaka Coulibaly, à l’occasion de la 21e réunion du comité intergouvernemental d’experts pour l’Afrique de l’Ouest à Cotonou.
« Au cours du troisième millénaire, l’un des défis majeurs auxquels l’Afrique doit faire face est sa faible intégration. Celle-ci concerne d’un côté l’intégration des économies et la coopération régionale africaine et de l’autre la participation du continent au système commercial mondiale », a-t-il déclaré.
Pour ce haut fonctionnaire onusien en poste à Cotonou, si l’intégration régionale a été envisagée à l’origine comme une expression internationale de l’économie de marché et un transfert des mécanismes économiques nationaux sur une base élargie, aujourd’hui l’importance de cette thématique n’est plus à démontrer.
En effet, a-t-il souligné, l’intégration régionale et la réalisation de grands ensembles régionaux constituent un vecteur pour l’accélération durable de la croissance économique et le bien-être de des populations. Par ailleurs, il a estimé que cette intégration régionale « est un facteur primordial pour l’atteinte des cibles de l’Agenda 2030 (de l’ONU) et ses objectifs de développements durables, ainsi que la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine ».
M. Coulibaly a fait observer que malgré les efforts consentis au sein du continent africain et les performances obtenues, les accords régionaux et internationaux n’ont pas encore donné les résultats escomptés pour les Etats membres de la communauté régionale.
Afin de mener à bien l’élargissement de grands ensembles régionaux, il a jugé importants deux axes stratégiques majeurs d’intervention et dont il convient d’explorer la faisabilité et la pertinence : la densification des infrastructures intégratrices et de transformation inclusive, ainsi que la concrétisation d’un partenariat africain de type nouveau.
« Comme nous le savons tous, les infrastructures telles que les routes, les ports et les aéroports, les technologies de l’information et de la communication, ont (atteint) une hauteur de croissance et de développement dans les pays dits aujourd’hui développés », a-t-il indiqué, estimant qu’il s’agira pour l’Afrique d’investir dans le domaine des infrastructures afin de créer des bases essentielles pour une croissance économique forte, durable et inclusive dans toutes les régions du continent.

Xinhua
Sahel-Elite / Photo d’illustration: M. Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Bénin

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s