Burkina /Sécurité – Police municipale : Les éléments réclament la démission du DG

2018/05/29 – Des agents de la police municipale étaient, le lundi 28 mai 2018, en « mouvement d’humeur » à leur base sise au quartier Patte d’oie de Ouagadougou pour manifester leur indignation face au non-relèvement du niveau de recrutement. De ce fait, ils ont exigé la démission du directeur général de l’institution.

Il est 9h30 quand nous arrivions à la base de la police municipale sise au quartier Patte d’Oie de Ouagadougou. Sur la façade gauche, devant le portail et à l’intérieur de la cour, des policiers sont rassemblés par groupuscules en train de discuter, certains avec des confrères arrivés plus tôt sur les lieux. Ils sont visiblement désœuvrés et n’acceptent pas, en l’absence du Secrétaire général de leur syndicat dénommé : Collectif des policiers municipaux du Burkina (COPM-B), ils ne veulent biper mot sur les raisons du fait qu’ils ne sont pas à leur poste respectif de travail. « Le SG est en ville. Il va venir. Patientez un peu s’il vous plaît », laisse entendre un de ceux qui sont arrêtés devant le portail. Au bout d’une dizaine de minutes, le chargé de l’information et de la communication du COPM-B, Alassane Zina nous fait savoir que le responsable du Collectif ne viendra que dans peut-être trois heures. Il nous explique que le matin, après la montée des couleurs, « par effet de foule, les éléments ont entamé un mouvement ». Car, depuis plus d’un an, ajoute-t-il, que le Collectif est constitué, les négociations avec la hiérarchie n’aboutissent pas et leur plateforme revendicative est en souffrance. « A défaut de la satisfaction des revendications, les éléments exigent la démission du directeur général », confie M. Zina. Contacté par téléphone vers 13 heures à son retour de la ville, le SG, Mamadou Compaoré, nous explique que le débrayage matinal est « un mouvement d’humeur non initié par le COPM-B qui, en tant que syndicat ne peut rester en marge d’une manifestation de la base ». Il précise que le non relèvement, comme demandé, du niveau de recrutement dans le corps au Brevet d’études du premier cycle (BEPC) au moins est la raison principale de la manifestation. Il promet d’écouter les différentes parties prenantes et de faire un communiqué.

SidWaya
Sahel-Elite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s